La pente - lieu d’engagement et de poésie - offre au regard, à la sensibilité et sans doute à la pensée son pesant de perspectives insoupçonnées.
C’est ici, à flanc de montagne, que Scènes Obliques met en résonance le propos d’artistes singuliers, avec la préoccupation de se tenir au plus près des gens. En faveur d’un « espace culturel » inédit.

En savoir plus »

/// FESTIVAL DE L’ARPENTEUR 2017

Le Festival de l’Arpenteur 2017 s’est bel et bien terminé, samedi 15 juillet avec l’incontournable banquet pentu concocté par les villageois des Adrets, suivi du concert-bal de Lalala Napoli. De quoi redonner à la traditionnelle polenta sa saveur méridionale…

Dans cette édition, il aura beaucoup été question des apostrophes féroces de Didier Super et des chausse-trappes d’une dictée de comptoir… Mais n’oublions pas pour autant la présence des marcheurs palestiniens de PAMSD, les acrobaties au ralenti d’agiles gastéropodes, les plages de gilets de sauvetage sur les photos de Maryvonne Arnaud, les pensées philosophico-absurdes de Fantazio, la mise en scène forestière du Songe, la musique envoutante de Trio Bassma, quelques poèmes palestiniens, le violoncelle nomade d’Eric Longsworth, la complicité du duo de Marée Basse, la verve virtuose de Bastien Maupomé, la grâce virevoltante de Tria Fata, le bordel de Fabienne Swiatly, la parole précise de Primo Levi, six promenades pour une première esquisse d’inventaire, les souvenirs de Perec dans une grange, l’aventure participative de [SH]… et toujours, en fil rouge, la convivialité contagieuse du Bivouac.

Un grand merci à tous ceux qui auront contribué à la réussite de ce festival : artistes, techniciens, membres du conseil d’administration de Scènes obliques, bénévoles de tous âges, hébergeurs, partenaires divers et variés, spectateurs de tout horizon ! En espérant vous retrouver aussi nombreux l’année prochaine…


Suivez nous sur Facebook